En bonne santé, l’offshoring marocain reçoit le soutien de l’Etat

  •  Boualem Alami
  • jeudi 19 mai 2016 08:04

En bonne santé, l’offshoring marocain reçoit le soutien de l’Etat

Les centres d'appel, une activité en bonne santé au Maroc.
Les centres d’appels et les BPO des outsourceurs ont amélioré leurs recettes avec une hausse à 4,895 Mds de DH en 2015 contre 4,99 Md de DH en 2014 et 4,278 Mds de DH en 2013.  


Près des deux tiers des opérateurs de l’offshoring sélectionnés pour bénéficier des contrats de performance signés le 5 mai à Rabat entre l'État et les professionnels du secteur sont représentés par les calls centers et les Business Process Outsourcing (BPO, externalisation des processus d’une entreprise).
Plusieurs mesures de soutien à ce secteur ont été décidées par l’Etat pour améliorer la compétitivité des entreprises, avec à la clé une aide financière de 1,49 milliard de dirhams, soit près de 140 millions d'euros conditionnée par création de 63 000 nouveaux emplois.
Pour rappel, début mai à Rabat, un accord portant sur le redéploiement de l’offshoring au Maroc, avec un plan de performance 2016-2020, a été salué par les professionnels des call centers et les BPO.

Concurrence subsaharienne grandissante

Yocuef  Chraïbi, patron d'Outsourcia  et  président de l'Association marocaine de la relation client (AMRC), estime, dans un entretien à L’Usine Nouvelle, que cet accord « est le fruit d’un long travail réalisé entre les professionnels et le gouvernement », et « permet de redéfinir les contours de l’offre de l’outsourcing au Maroc ». Selon lui, « les mesures prises sont appropriées et ont pour objectif d'avoir un impact direct positif sur notre compétitivité », avec une réduction du coût du travail » grâce à la baisse de l'Impôt sur le revenu réduit à 10% dans certaines conditions ».
Des incitations fiscales sont également dans le pipe, avec une réduction de 8,75% dans certaines zones et des subventions pour une partie des nouveaux investissements, explique Youcef Chraïbi. Mais, le gros des problèmes de « notre fédération (Association marocaine de la relation client), « qui représente plus de 75% des emplois du secteur de l’Outsourcing au Maroc », est « la concurrence croissante des pays d’Afrique subsaharienne », estime t-il.
Il y a « une forte pression sur les prix exercée par des donneurs d’ordres à la recherche de solutions low cost », se plaint Youcef Chraïbi. Pour autant, la filière est rentable. Le bilan est très positif avec des recettes de 7,457 milliards de DH réalisées en 2015, contre 7,385 Mds de Dh en 2014 et 7,193 Mds de DH en 2013, selon l’Office des Changes. Les centres d’appels et les BPO des outsourceurs ont amélioré leurs recettes avec une hausse à 4,895 Mds de DH en 2015 contre 4,99 Md de DH en 2014 et 4,278 Mds de DH en 2013. 

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »