ENDETTEMENT EXTÉRIEUR DÉPRÉCIATION DU DINAR…

Situation économique de l’Algérie : le FMI tire la sonnette d’alarme

12:55  jeudi 19 mai 2016 | Par Yacine Babouche | Actualité 
FMI TSA Algérie
Le Fonds monétaire international (FMI) est inquiet pour la situation économique algérienne. « L’économie algérienne est confrontée à un choc extérieur de grande ampleur et probablement durable », indique de but en blanc le Conseil d’administration du FMI dans son évaluation publiée ce jeudi 19 mai en conclusion des consultations de 2016 au titre de l’article IV avec l’Algérie.
« L’effondrement des cours du pétrole a mis au jour des vulnérabilités présentes de longue date dans une économie dirigée par l’État et excessivement tributaire des hydrocarbures. Jusqu’à présent, le choc des cours du pétrole n’a eu qu’un effet limité sur la croissance économique, mais les soldes budgétaire et extérieur se sont considérablement détériorés », explique le FMI.
L’institution internationale estime cependant que « grâce aux marges accumulées par le passé, l’Algérie a la possibilité de mener l’ajustement au choc d’une manière progressive et de reconfigurer son modèle de croissance ».

Déprécier le dinar

Pour rétablir les équilibres macroéconomiques, le FMI prône un « assainissement soutenu des finances publiques sur le moyen terme » auxquelles devra s’ajouter « une masse critique de réformes structurelles pour diversifier l’économie ». Les politiques de change, monétaire et financière devraient quant à elles également « appuyer ces efforts », estime le FMI.
Le Fonds prône « une plus grande flexibilité du taux de change » qui « faciliterait l’ajustement au choc sur les cours du pétrole ». Le FMI estime en effet que le dinar « reste nettement surévalué », bien qu’il se soit « un peu déprécié en 2015 ». En parallèle, le FMI recommande à la Banque d’Algérie pour la période à venir de « calibrer soigneusement sa politique monétaire de manière à prévenir les pressions inflationnistes potentielles ».
Pour assainir les finances publiques, le FMI recommande de « maîtriser les dépenses courantes » et appelle à « poursuivre la réforme des subventions tout en protégeant les populations pauvres », ainsi que « mobiliser davantage de recettes hors hydrocarbures ».

Recours à l’endettement extérieur

Le Fonds considère par ailleurs que « la diminution rapide de l’épargne budgétaire signifie que l’Algérie devra emprunter davantage pour financer les déficits futurs ». En plus du « recours accru » à l’emprunt obligataire national, le FMI recommande aux autorités « d’envisager l’endettement extérieur et d’ouvrir le capital de certaines entreprises publiques au secteur privé, de manière transparente ».
Par ailleurs, le FMI met en garde l’État algérien sur les licences d’importations. « Les restrictions aux importations apportent peut-être un répit provisoire, mais elles créent des distorsions et ne sauraient se substituer aux réformes destinées à doper les exportations », affirme le FMI, insistant sur le fait que « les réformes structurelles mettant du temps à produire leurs effets, il convient de les engager sans tarder ».

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »